ADA : Femmes et nouvelles technologies  - Femmes et  IT - Femmes et TIC
:: accueil :: plan du site ::
:: in het Nederlands ::
 
   
Vous êtes ici : Accueil Actions & Outils Les actions des autres Recherche & sensibilisation

Symposium « Gender and IT »

La fracture digitale reste préoccupante en Europe

Le troisième symposium européen « Gender and ICT » a eu lieu ce 1er février à Manchester. Des spécialistes du monde entier s’y sont retrouvées(1) pour discuter de la question femmes et nouvelles technologies. Ada en était.


Manchester 2005, © GenderIT.org

Ce rassemblement annuel permet à des chercheurs issus de différentes disciplines liées au genre et aux nouvelles technologies de présenter leurs travaux et d’échanger pendant de nombreux séminaires, sur des thématiques aussi diverses que les trajectoires professionnelles des femmes dans l’IT, les attitudes des adolescentes par rapport aux technologies, les politiques européennes en matière d’égalité ou l’éthique dans l’enseignement de l’informatique.

C’est aussi l’occasion d’un constat un peu négatif, présenté en séance d’introduction par Clem Herman de la Open University. Les femmes quittent toujours l’industrie des technologies, elles sont toujours peu nombreuses dans les formations supérieures, les conditions de travail qui leur sont proposées ne s’améliorent pas et les attitudes hostiles sont toujours fréquentes. Et d’insister sur l’importance d’une action continue, renforcée, nécessaire à tous les niveaux : familles, écoles, monde du travail.

Juliet Webster (Work and Equality Research) a, quant à elle, particulièrement insisté sur la situation dans les entreprises, relevant la dérive actuelle peu favorable aux femmes et notamment la tendance à « l’exploitation auto-imposée » qui fleurit dans certaines multinationales, les mécanismes de promotion et de rémunération et les aléas des restructurations souvent destructeurs.

Les séminaires ont heureusement permis à chacune des participantes de piocher des idées inédites, de nouer des contacts ou de confronter des pratiques : groupes de femmes réunies par réseau, communauté en ligne des informaticiennes anglaises, accompagnement des jeunes filles en stage dans l’industrie...(2)

La conclusion de ce symposium pourrait être que la fracture numérique entre femmes et hommes demeure une problématique complexe et multi-déterminée, dont la résolution ne réside pas seulement dans des politiques d’égalité, mais aussi dans un changement profond des mentalités et dans une réflexion sur la culture même de l’informatique.

E.S.
mai 2005

Notes & liens
(1) Un seul homme présent, cette fois, le féminin l’emporte !
(2) Un compte-rendu plus long, en anglais, est disponible sur le site http://www.genderit.org
Certaines des présentations sont disponibles sur le site http://ict.open.ac.uk/gender.

 
Attribution-NonCommercial 2.0 Belgium