ADA : Femmes et nouvelles technologies  - Femmes et  IT - Femmes et TIC
 

recherche

Newsletter

 
 

Dans la même rubrique :

Ada Byron, la « fiancée » des sciences (1815-1852)

Les programmeuses de l’ENIAC, le premier ordinateur électronique

Frances E. Allen gagne le Turing Award

 
cliquez ici pour imprimer la rubrique

Biographie de Grace Hopper, inventeuse du premier compilateur

Grace Hopper était une femme remarquable, qui contribua énormément à l’évolution des langages de programmation et à la convivialité des premiers ordinateurs. C’est notamment grâce à elle qu’un ordinateur comprend aujourd’hui l’anglais et que des non-mathématiciens et des entreprises ont commencé à s’adonner également à la programmation et à l’utilisation des ordinateurs.

Grace Brewster Murray, épouse Hopper, Américaine, Docteur en mathématiques et Amirale de l’Armée américaine (New York, 1906 - Arlington, Virginia, 1992) )


Amiral Grace Hopper (1976)
Photo : Naval Historical Center

Grace Murray était issue d’une famille américaine de militaires. En 1931, elle épousa Vincent Foster Hopper, un enseignant. En 1934, elle fut nommée docteur en mathématiques à la réputée université de Yale. Elle y enseigna les mathématiques de 1931 à 1943, lorsque la Navy américaine la sollicita pour collaborer au Cruft Laboratory de l’Université de Harvard dans le cadre du projet « Bureau of Ordnance Computation Project ». La tâche de Hopper consistait à calculer les coefficients mathématiques de l’ordinateur électromécanique appelé « Mark ». Très vite elle maîtrisa l’ordinateur dans tous ses détails. Pendant son assistanat de recherche à l’université de Harvard, elle rédigea un manuel de 500 pages sur les principes élémentaires du fonctionnement d’une « machine informatique ».

Après la Seconde Guerre Mondiale, Grace Hopper travailla pour Eckert & Mauchly, l’entreprise qui conçut les premiers ordinateurs commerciaux. Hopper était déjà convaincue que les ordinateurs pouvaient toucher un public beaucoup plus large pour autant que des procédures plus conviviales en termes de programmation et d’application soient créées. Elle savait que la seule manière d’introduire les ordinateurs dans les sphères non scientifiques ainsi que dans le secteur commercial consistait à affiner le langage de programmation pour produire une langue compréhensible par les non-mathématiciens. Sa conviction que les programmes informatiques pouvaient également être écrits en anglais suscitait à chaque fois la même réponse : « les ordinateurs ne comprennent pas l’anglais ».


Premier ’bogue’ (1945)
Photo : Naval Historical Center

Grace s’en tint à sa conviction et développa en 1949 une technique qui traduisait les symboles mathématiques en un code d’instruction binaire, compréhensible par la machine. Cette « technique de traduction » n’était autre que le premier « programme compilateur » (A-O). Trois ans plus tard, Grace et son équipe surprirent le monde informatique en présentant un programme de compilation (B-O) qui traduisait les commandes de programmation en anglais en un langage de programmation… Les bases des langages de programmation modernes étaient jetées.

Le compilateur B-O (qui devint plus tard FLOW-MATIC) fut conçu pour le traitement de tâches typiques de l’entreprise telles que la facturation et la paie. Il provoqua la percée de l’ordinateur dans le monde de l’entreprise. FLOW-MATIC inspira ensuite la création du premier langage de programmation axé sur l’entreprise (Cobol). Grace persuada les dirigeants d’entreprise et la Marine américaine d’utiliser Cobol comme langage standard.


Grace Hopper avec une de ses étudiantes (1976)
Photo : Naval Historical Center

Durant sa carrière, Grace Hopper travailla pour l’université, le secteur privé et l’armée. Elle compta parmi les premiers ingénieurs logiciels et était réputée pour sa personnalité inspirante et son énorme ténacité. Sa contribution aux sciences informatiques fut récompensée par de nombreuses distinctions :

  • En 1950, Grace Hopper reçoit le titre de « programmeuse senior », une des 10 premières personnes à pouvoir bénéficier de ce titre. Dans une conférence restée célèbre, Grace Hopper prédit que les logiciels finiront par coûter plus cher que le matériel, ce qui, à cet époque, était difficilement imaginable.
  • En 1969, elle fut la première à recevoir le prix du « Informaticien m/f de l’année ». En 1971, une nouvelle récompense annuelle dédiée aux jeunes scientifiques en informatique m/f fut créée à son nom ».
  • En 1983, elle fut promue « Commodore » à la Maison blanche avant de devenir, deux ans plus tard, lors de la fusion de cette fonction avec celle d’amiral, « l’Amiral Grace Hopper ».
  • En 1991, un an avant sa mort, Grace Hopper reçoit la National Medal of Technology (1) "pour les succès de ses travaux pionniers dans le développement de langages de programmation pour ordinateur qui simplifient la technologie informatique et ouvre la porte à un univers d’utilisateur significativement plus grand."

A sa mort, Grace esperait que sa biographie, « Grace Hopper, Navy admiral & computer
pioneer
 » (2) encouragera les filles à faire carrière dans la marine ou dans l’informatique.

Sources :
Grace Murray Hopper (1994) (Grace Hopper Celebration of Women in Computing)
Tribute to Grace Murray Hopper (2000) Merry Maisel (Grace Hopper Celebration of Women in Computing)

Notes :
(1) National Medal of Technology
(2) Grace Hopper, Navy admiral & computer pioneer (1989) Charlene W. Billings, Hillside : Enlsow

Pour d’autres biographies (en anglais) :
Grace Brewster Murray Hopper (1999) J J O’Connor & E F Robertson (School of Mathematics and Statistics University of St Andrews, Scotland)
Grace Hopper, Mother of the Computer
Rear Admiral Grace Murray Hopper (1997) Sharron Ann Danis

Liens :
Grace Hopper Celebration of Women in Computing 2004 | Institute for Women and Technology


Forum de l'article

 
Attribution-NonCommercial 2.0 Belgium