ADA : Femmes et nouvelles technologies  - Femmes et  IT - Femmes et TIC
:: accueil :: plan du site ::
:: in het Nederlands ::
 
   
Vous êtes ici : Accueil Grrrls stories Les cybernétiques

Interview avec Elke Vanvoorden, "lan-girl"

Elke a 17 ans et est en 6ème année d’électromécanique à l’Institut technique du Sacré Cœur de Hasselt. Elle est une des huit filles sur les 800 élèves que compte l’école. L’année prochaine, Elke voudrait s’inscrire en septième Planning et Techniques pour pouvoir se spécialiser dans le dessin technique. Elke a deux frères et une sœur, et ensemble avc ses frères elle est passionnée d’ordinateur et organise des tournois de jeux en réseau.

Quels sont tes hobbies ?
L’ordinateur, évidemment. Je suis aussi bénévole à la section Jeunesse de la Croix Rouge. Je fais du baby-sitting, j’aime sortir… Avant je suivais des cours de danse (rock’n’roll en hip hop) mais j’ai dû arrêter. J’aime aussi bricoler et écrire des poèmes.

Comment as-tu découvert l’ordinateur et les tournois de jeux en réseau ?
Le premier ordinateur que nous avons eu à la maison était un ordinateur de jeu. Mes frères s’y connaissaient déjà pas mal, du coup j’ai appris assez vite. Ils ont été de plus en plus mordus et se sont mis à organiser des lan-partys, d’abord dans le garage avec 5 PC puis, vu leur succès, ils se sont développés. Ça fait plusieurs années maintenant qu’ils en font. Au départ, ils n’avaient que 30 participants mais aujourd’hui ils en ont 150. Ils ont eu besoin d’aide évidemment - d’abord derrière le comptoir et en cuisine. Au début donc, je me suis contentée de les aider comme ça. Mais je peux vous dire que ce n’est pas une sinécure quand 150 personnes débarquent avec leur PC sous le bras, il faut être calé en technique et en organisation pour les placer et brancher leur câblage sur le serveur. Donc, j’aidais à ça aussi de temps en temps et mes frères se sont rendus compte que je me débrouillais pas mal du tout sur ce plan, de sorte qu’aujourd’hui, ils comptent sur mon aide à ce niveau-là.

Tu crois que si tu avais été un garçon, ç’aurait été plus facile ?
Je le crois oui. En tant que fille, c’est comme si on devait prouver quelque chose en plus, qu’on devait faire valoir ses capacités auprès des garçons.

Peux-tu nous décrire tes connaissances ?
Au niveau hardware, j’en connais un fameux bout, surtout par rapport aux autres filles. Je peux sans problème monter et installer un PC. En revanche, je laisse encore à mes frères le soin d’upgrader les bios. Au niveau software, je travaille beaucoup sur Word, Excel, Frontpage, HTML et Paint Shop Pro. J’ai bien eu des cours élémentaires à l’école et de l’aide de mes frères mais j’ai surtout appris par moi-même, en essayant, en expérimentant. Par exemple, j’ai appris l’HTML en étudiant les codes sous-jacents de Frontpage et en testant les effets de certains codes. De cette manière, j’ai pu construire mon propre site.

Combien de temps par jour consacres-tu à l’ordinateur ?
Quand je ne suis pas à l’école,… tout le temps ! Mon PC est allumé en permanence… Pour des raisons médicales, je ne peux plus faire de sport de sorte que tout le temps que je consacrais à ça avant, je le consacre aujourd’hui à l’ordinateur. Mon gsm est aussi allumé en permanence, de même que mon msn et mIRC. Quand les gens ont besoin de moi, je réagis instantanément.

Pourquoi font-ils appel à toi ?
Ils me demandent parfois de créer un logo pour un T-shirt ou un site Web, ou de les aider à concevoir leur site. Parfois, ce sont des copains de l’école qui veulent des renseignements sur Internet (je fais des recherches et je les leur envoie) ou qui ont des pépins avec leur ordinateur. Puis, j’écris aussi des poèmes à la demande.

Ton travail pour l’école n’en pâtit pas un peu ?
Non. Je sais me mettre des priorités et quand je dois étudier, j’étudie. Je suis généralement accessible jusqu’à minuit, ce qui me laisse amplement le temps de me consacrer aux questions des autres.

Que pensent tes parents de ta passion pour l’ordinateur ?
Ils n’ont rien contre même si parfois ils disent « vas te coucher maintenant ». Mais pour le reste, ils me laissent souvent partir tout le week-end à des lan-partys, notamment parce que mes frères y vont aussi.

Les quelques fois où j’ai assisté à un tel tournoi, j’ai constaté que tu étais souvent la seule fille…
C’est vrai. Parfois, il y en a d’autres mais elle ne restent pas longtemps et viennent plus souvent pour tenir compagnie à leur copain que pour jouer. Je me rends compte aussi que je noue plus facilement des contacts que les autres participants et c’est important pour moi. Avant, je jouais beaucoup plus. Aujourd’hui, j’apprécie surtout de rencontrer des gens. En plus, notre « LanZone » a établi de bons contacts avec le "LanScape" de Waregem (n.d.r. deux organisateurs de tournois de jeux en réseau) et nous nous complétons bien : quand nous organisons un tournoi, ils s’occupent des équipements techniques et quand il y a un tournoi à Waregem, nous nous chargeons de faire tourner leur réseau comme il faut.

Il y a donc plus de contacts directs entre les gens que ce qui ne paraît à première vue ?
Oui mais je pense que c’est dû à une différence de mentalité entre les deux groupes. Je trouve que les membres de LanScape sont plus communicatifs ; chez nous, il arrive souvent que les joueurs viennent et restent en petits groupes. Cela dit, il y a d’énormes différences entre ceux qui participent à des tournois de jeux en réseau. Premièrement, vous avez les vrais joueurs, qui viennent pour jouer et prennent à peine le temps de manger ou de dormir. Puis, il y a une catégorie intermédiaire, dont je fais partie : on joue mais on prend aussi le temps de rencontrer les autres. Enfin, le troisième groupe vient moins aux tournois pour jouer et plus pour télécharger de la musique ou des films avec le FTP.

J’ai entendu ci et là parler de « clans »…
Les vrais joueurs sont souvent membres d’un clan, oui. Ils jouent ensemble dans un camp contre un autre clan et ont tous un surnom. Parfois, dans nos tournois, on constitue des clans temporaires - en fait ce sont des équipes… Les clans sérieux se rencontrent parfois dans la vie réelle et s’organisent une partie de paintball, par exemple. Mais pour moi, cette organisation en clans va un peu trop loin.

Tu dis que tu fais partie des joueurs qui veulent rencontrer d’autres joueurs… Comment ça se passe quand on est la seule fille ?
C’est sûr qu’en tant que fille, je ne passe pas inaperçue. Mais les garçons parlent visiblement plus facilement avec moi qu’avec d’autres gars. Ils trouvent ça un peu bizarre qu’une fille s’entiche de lan-partys. Mais ils ne me font jamais sentir que je ne suis pas la bienvenue. Je ne me sens jamais une extra-terrestre même si je me rends compte que je n’ai pas le même rapport à l’ordinateur qu’eux.

Peux-tu nous expliquer ça ?
Pour moi, l’ordinateur est un outil génial pour nouer des contacts avec les autres, pour faire mes devoirs, pour jouer. J’ai bien relooké mon équipement dernièrement mais pas comme le font les mecs. Quand je vois parfois les budgets qu’ils consacrent à leur PC… Je crois que souvent, ils accordent une valeur symbolique, un statut à leur PC. Non, moi je me contente d’un PC qui me permet de jouer aux jeux que je veux et pour le reste, ça ne m’afflige pas d’avoir encore un Pentium 3 au lieu d’un Pentium 4. D’ailleurs, mes parents m’aident financièrement quand j’ai besoin d’une nouvelle souris ou d’une nouvelle carte réseau mais je ne veux pas exagérer. Les joueurs me trouvent bizarre d’ailleurs : je sais parfaitement comment est construit mon PC mais je serais incapable de citer par cœur ce qu’il contient, ses spécifications, etc. Ça étonne les mecs d’ailleurs. Ils trouvent que c’est une lacune chez moi.

N’est-ce pas notamment pour cette raison que les filles sont si peu nombreuses à de tels tournois ?
Je le pense, oui. Les filles croient qu’elles ne sont pas bienvenues aux tournois parce qu’elles ne s’y connaissent pas assez en informatique mais je crois que les garçons apprécieraient qu’il y ait plus de filles. Je pense aussi que les filles ne s’intéressent pas trop aux jeux qui sont joués parce que ce sont surtout des « shooters » ( n.d.r. des jeux de tir) comme Counter Strike, Half Life, Delta Force, Soldiers of Fortune 2, … En plus, elles ont peur que les autres filles les traitent de « nerd » et que les garçons les traitent de « noob » (n.d.r. « nerd » = frimeur, frimeuse et « noob » = débutant, pecnot).
Je connais beaucoup de filles qui s’intéressent à l’ordinateur mais n’en disent rien. Pourtant, elles sont sur msn, elles traitent des photos et naviguent sur le Web.

Et tes amies à toi ?
L’une d’entre elles a appris à utiliser le mail il y a quelques semaines seulement. En fait, l’ordinateur ne l’intéresse pas du tout.

Ce n’est pas un obstacle pour toi ?
Non, au contraire ! J’adore être en contact avec les gens à l’ancienne mode, j’écris encore de vraies lettres - j’ai d’ailleurs une correspondante - et je préfère papoter en face à face que de chatter ou de téléphoner. Pour moi, les messages vraiment personnels doivent passer en vis-à-vis et seulement en cas d’extrême nécessité, par mail ou sms ou téléphone. Parfois, c’est vrai, j’évoque les problèmes à l’école sur le chat, avec des gens que je connais ou non, juste pour lâcher un

Comment vois-tu ton avenir ?
Comme je l’ai dit, après la septième, je vais chercher un boulot dans le dessin technique. Je ne me vois pas travailler dans l’informatique pure. J’en connais un bout mais c’est plus un hobby. Je me contente de jouer au centre de support pour les copains.

Interview : Katia Van Cauteren

 
Attribution-NonCommercial 2.0 Belgium