ADA : Femmes et nouvelles technologies  - Femmes et  IT - Femmes et TIC
:: accueil :: plan du site ::
:: in het Nederlands ::
 
   
Vous êtes ici : Accueil Femmes & IT : La Situation L’informatique dans la vie privée

Centre de recherche sur la sociologie de l’enseignement (K.U.L.)

Le genre n’influence pas l’utilisation de l’informatique pendant les études

Suite à la publication d’une étude de la KUL, fin 2006, la presse titrait : "La fracture numérique est féminine" ou encore "Les filles sont moins taillées pour l’ordinateur"… Sceptique, Ada a voulu approfondir ce rapport... Pour constater que la vérité est quelque peu plus nuancée.

L’été dernier, Jef Peeraer et Jef C. Verhoeven publiaient les résultats de leur étude sur l’influence de l’origine sociale et du genre sur l’approche des TIC par les étudiants universitaires (1). Les chercheurs se sont également penchés sur la formation antérieure des étudiants et sur l’emploi et la formation de leurs parents. Pourtant, seul le genre s’est avéré être un élément significatif expliquant un écart dans l’utilisation des TIC, dans les compétences TIC et dans l’attitude envers les TIC parmi les étudiants.

Le fait que la science a trouvé une différence entre filles et garçons dans leur rapport à l’ordinateur a littéralement aimanté la presse flamande : celle-ci s’est empressée de titrer sans détours ses articles à coup de "La fracture numérique est féminine" (2) ou encore "Les filles sont moins taillées pour l’ordinateur" (3) ... Dans le doute, Ada a voulu approfondir les résultats de cette étude. Pour constater que la vérité est quelque peu plus nuancée...

Suite à leur étude des sources dans le cadre de la recherche sur les "gender differences", les chercheurs rapportent que : "Les résultats ne sont pas univoques. Certains chercheurs ne décèlent aucune différence de sexe en matière de technophobie (Anthony, Clarke et Anderson in van Braak e.a., 2002, p.2) ou trouvent des résultats contraires auprès d’échantillons différents (Brosnan et Lee in van Braak e.a., 2002, p.2) (4) ".

Les résultats de leur propre étude révèlent quant à eux que "les hommes possèdent de meilleures compétences TIC que les femmes, surtout dans le développement de sites web et la maintenance, la gestion et la sécurité du hardware et du software. Les aptitudes concernant l’utilisation d’applications internet plus simples telles que la messagerie électronique, le chat et la recherche, ne diffèrent pas entre les hommes et les femmes".

Le fait que les étudiants masculins démontrent des compétences supérieures à celles des femmes en informatique est attesté par les résultats. Par contre, le genre s’avère n’avoir aucun effet sur l’usage informatique lié aux études :

"Les étudiants masculins s’estimeront familiarisés avec une plus grande gamme d’applications informatiques, mais ils s’expriment de manière moins positive quand il s’agit de décrire les attributs des ordinateurs dans le cadre de leurs études. En ce qui concerne l’utilisation en tant que telle, il est frappant de constater que les étudiants masculins utilisent davantage que les filles l’ordinateur pour se divertir et moins pour étudier".

Lize De Clercq
janvier 2007

Notes & liens
(1) Nieuwe leeromgevingen en onderwijsbeleving aan de universiteit, Jef Peeraer en Jef C. Verhoeven, Tijdschrift voor Onderwijsrecht & Onderwijsbeleid, nr6 juli-augustus 2006, p.538
(2) voir p.ex. dans De Standaard et Managementteam
(3) zvoir p.ex. dans Het Laatste Nieuws, Het Nieuwsblad en Advalvas.be
(4) Determinanten van verwachtingen ten aanzien van e-learning aan de universiteit : het perspectief van de studenten, Van Braak J,, Kavadias, D., Goeman, K. en De Vos, E. dans : Tijdschrift voor Hoger Onderwijs, nr4, 2002, p : 1-13

^Haut de page^

 
Attribution-NonCommercial 2.0 Belgium