ADA : Femmes et nouvelles technologies  - Femmes et  IT - Femmes et TIC
:: accueil :: plan du site ::
:: in het Nederlands ::
 
   
Vous êtes ici : Accueil Grrrls stories Les cybernétiques

Savoirs en ligne

Partage avec "Mme Wikipédia"

Le 24 mai dernier, ADA a reçu Florence Devouard, présidente de la Fondation Wikimédia. Aux côtés de la députée Zoé Genot (Ecolo) et du professeur Janneke Christiaens (VUB), nous avons débattu avec elle des enjeux et spécificités d’un projet tel que l’encyclopédie Wikipédia, sans oublier le rôle qu’y jouent les femmes.


Florence Devouard

La fondation Wikimédia, créée en 2003, est une association caritative dont l’objectif est de soutenir différents wikis [1] collaboratifs en ligne, comme par exemple la célèbre encyclopédie libre Wikipédia. Depuis octobre 2006, c’est une Française, Florence Devouard, ingénieure agronome, qui en est la présidente.

Autour d’un lunch vitaminé, en compagnie de la députée Ecolo Zoé Genot et de la juriste Janneke Christiaens de la VUB, l’équipe ADA l’a interrogée sur son parcours, son rôle dans la fondation Wikimédia et les défis à relever. Un interview à découvrir sous deux formats : en texte et en vidéo [2].

Toutes les routes mènent à Wikipédia…

Quel internaute n’a jamais visité le site de Wikipédia ? Que l’on tape « pomme », « bonheur » ou « soufisme » dans un moteur de recherche, le premier lien proposé [3] est immanquablement une page de cette encyclopédie en ligne, gratuite et libre, dont la particularité est d’être écrite, en continu, par les Internautes. Pour l’édition francophone, cela représente pas moins de 30000 modifications, près de 400 nouveaux comptes d’éditeurs, entre 500 et 600 créations d’articles par jour, pour une encyclopédie qui compte près de 500 000 articles [4]. La version anglophone atteint les 1 800 000 articles. Et tout cela est effectué bénévolement par vous et moi, celui ou celle qui le désire. Selon les mots mêmes de Mme Devouard, l’objectif de Wikipédia est de « collecter la totalité de la connaissance humaine et la mettre à disposition du plus grand nombre ». Consulter Wikipédia est gratuit, copier son contenu est permis, même pour des utilisations commerciales. C’est le savoir pour tous, peu importe ce que l’on en fait ensuite.

Cette importance d’une connaissance mise à la disposition de chacun se reflète notamment dans la volonté de développer une encyclopédie en ligne dans la langue maternelle des internautes, afin que le savoir ne soit pas déformé par la compréhension moins fine que l’on peut avoir d’une langue étrangère (quand on a la possibilité d’en apprendre une). Ainsi, Wikipédia existe en anglais mais aussi en Wallon ou en patois de Flandre Occidentale, en Espéranto, en Maori, en Mongol ou en sanskrit… Avec la limite que le nombre d’articles dans une langue dépend du nombre de contributeurs parlant la langue en question. Ainsi, Wikipédia en Dzongkha (langue nationale du Bouthan) ne compte que six embryons d’articles.

Fondations sous-jacentes

Derrière cette initiative (et d’autres), se cache une association caritative, la fondation Wikimédia, qui rend cette belle aventure possible en développant le logiciel sur lequel s’appuie l’encyclopédie, en achetant et maintenant les 350 ( !) serveurs nécessaires à l’hébergement du site internet et de ses mirroirs, en gérant bande passante et noms de domaine, ainsi que les avocats quand c’est nécessaire… Financée presque exclusivement via les dons des internautes (voir encadré), la fondation Wikimédia emploie aussi une dizaine de personnes, dont quatre développeurs… tous des hommes, malheureusement.

La fondation Wikimédia ne se limite pas à Wikipédia et soutient toute une série d’autres projets, notamment Wikicommons, qui se veut une bibliothèque de sons, images et autres fichiers multimédias libres ou Wikibooks, qui rassemble des connaissances libres sous forme de livres virtuels (organisés en chapitres).

Wikimédia recherche des donateurs…

Pour fonctionner, la fondation Wikimédia a besoin de 3-4 millions d’Euros chaque année. Cet argent est en grande partie (à 90%) récolté grâce aux dons des internautes, surtout américains (75% des dons sont versés en dollars), qui contribuent à leur échelle à ce projet... Un don moyen s’élève à 15 Euros.

Questions de fiabilité

Un des problèmes que rencontre Wikipédia, souvent souligné par ses détracteurs, est la question de la fiabilité des informations. En effet, puisque tout le monde peut éditer le contenu, n’importe qui peut y raconter n’importe quoi. En général, la véracité des informations est contrôlée par les internautes eux-mêmes, qui peuvent à tout moment modifier une page qui contiendrait des éléments erronés. Une erreur flagrante ou un « vandalisme » sont donc rapidement repérés et corrigés. Mais l’anonymat des contributeurs ne permet pas de savoir si les personnes sont réellement expertes dans les thèmes qu’elles développent. Et dans certains cas, c’est le consensus qui fait vérité : or la majorité n’a pas toujours raison. Cette faiblesse a mené à la création de projets alternatifs comme Citizendium, lequel fait appel à des experts identifiés pour rédiger les contenus.

Evidemment, la vitalité de ces initiatives est moindre, puisqu’elles impliquent uniquement des spécialistes officiels, lesquels sont moins nombreux et moins disponibles que les internautes anonymes. De plus, une des limites à ce principe concerne la légitimité des experts : sur des thèmes controversés, comme par exemple les OGM ou le nucléaire, où les scientifiques entre eux ne sont pas en accord, qui a raison ?

Reste que Wikipédia, n’a pas l’intention de changer de mode de fonctionnement quant à ses contributeurs. Dans la philosophie du projet, nous sommes tous des experts ! Par contre, nous explique Mme Devouard, tout ce qui est raconté doit dorénavant être basé sur une source identifiable, reprise en note dans l’article. Via ce travail de références, le contenu des articles devrait gagner en fiabilité. Il reste évidemment un imposant passif à rattraper sur les articles déjà en ligne. Mais la communauté des Wikipédiens déborde d’énergie !

Wikipédia pour les enseignants

Selon Mme Devouard, les enseignants se partagent en trois groupes : ceux qui ignorent l’existence de Wikipedia, ceux qui détestent Wikipedia et ceux qui usent et abusent joyeusement de Wikipédia. Parmi ces derniers, certains vont même jusqu’à créer des projets de classe autour de l’encyclopédie en ligne. Avec les enfants, ils choisissent un sujet, l’approfondissent, et éditent la page correspondante en y rajoutant photos et commentaires, le fruit de leur travail.
Chez ADA, ce type d’initiative nous fascine ! Quel meilleur moyen d’allier découverte des nouvelles technologies (d’Internet, du wiki, des possibilités d’échange offertes par le réseau) et recherche documentaire (apprentissage des éléments de sources, de droits) ! Malheureusement, encore trop souvent dans notre pays, les enseignants manquent de formation dans les domaines informatiques, voire se limitent à la bureautique, qui malgré ses avantages, ne permet pas une appropriation globale des opportunités d’Internet. Si des nouvelles applications comme le blog permettent d’entrer de plus en plus facilement dans le monde virtuel du web, il reste cependant un travail important à réaliser pour que tous les enseignants, de l’institutrice au professeur du supérieur, puissent exploiter en classe et au mieux ces nouvelles technologies tellement passionnantes.

Les femmes de Wikipédia [5]

D’après Madame Devouard, la communauté wikipédienne est relativement mixte, en tout cas en ce qui concerne les éditeurs (c’est beaucoup moins le cas dans les développeurs de nouveaux outils, où le nombre de femmes est très faible). Si on compare le fonctionnement de cette communauté à celui d’autres collectifs du type des logiciels libres, il semblerait que la proportion des femmes dans le groupe atteigne un seuil suffisant pour éviter les pires travers des communautés du libre [6], notamment via une régulation des conflits. Cependant les choses ne sont pas aussi simples, en témoigne le groupe des wikichix, créé à la suite de controverses très vives autour d’un article sur les écrivaines de science-fiction. Les wikichix estiment qu’il y a une sous-représentation des femmes (et des thèmes féministes) dans wikipédia et ont lancé une réflexion sur cette question (www.wikichix.org).

A votre tour !

La qualité et l’exhaustivité de Wikipedia dépendent directement de ses contributeurs et contributrices. Vous consultez de temps en temps Wikipédia ? Alors pourquoi ne pas vous lancer dans l’aventure ? Des corrections orthographiques à un rôle de modérateur/rice dans la communauté, en passant par la rédaction d’articles, il y en a pour tous les goûts, toutes les compétences et toutes les expertises !

Eleonore Seron
juin 2007

Les vidéos

- Le parcours professionnel de Florence Devouard : des OGM à la fondation wikimedia
http://www.ada-online.be/videos/IngenieurAtypique.wmv (14 MB /4 minutes)
- Les femmes et wikipedia : de l’édition au conseil d’administration :
http://www.ada-online.be/videos/FemmesWiki.wmv (10MB/3 minutes)
- Les 4 priorités de wikipedia :
http://www.ada-online.be/videos/4prioritesWiki.wmv (16MB/4:30 minutes)
- Deux projets moins connus :
http://www.ada-online.be/videos/2projetsWiki.wmv (9MB/2:30 minutes)
- La censure et wikipedia :
http://www.ada-online.be/videos/CensureWiki.wmv (9MB/2:30 minutes)

[1] La définition wikipédia d’un wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/Wiki

[2] Des sujets différents sont abordés dans l’article et dans les vidéos.

[3] En français, en tout cas !

[4] 300 000 pour la version en néerlandais.

[5] Plus sur les femmes de Wikipédia dans les vidéos.

[6] Voir l’article d’Ada sur le sujet : Hacker ou macho alternatif ?

br> br>
 
Attribution-NonCommercial 2.0 Belgium